Carnaval dimanche, trois heures du matin à l'aréna Lanxess. Sur le stand de taxi vide est une petite voiture avec Bergheimer plaque d'immatriculation. Un homme avec une perruque sort, payé. Un Jecke en attente négocie avec le conducteur, entre.
Cette «scène d'initiation» montre les chauffeurs de taxi illégaux au travail. Les gens privés qui vont au carnaval à travers la ville et de chercher des cavaliers - pour de l'argent, bien sûr.
http://www.wigsfr.com/c/9ccg-2pke-pe...x-naturels.jpg
"Pendant de nombreuses années, nous avons été aux prises avec des particuliers lors d'événements importants, qui sont emmener nos clients loin, mais il a considérablement augmenté récemment", a déclaré Oguzhan Ogul, le taxi-calling board.
Ses employés ont fait plus de 400 photographies de photographies depuis la nuit de Weiberfast. "Cependant, ils ont observé environ trois fois plus de processus, ce qui signifie des dizaines de milliers de pertes."
La procédure est bien organisée: «Exactement aux heures de pointe, les mêmes intersections de voitures courent encore et encore: Neumarkt, Heumarkt perruque afro, Zülpicher Platz, Lanxess Arena. Ils s'arrêtent aux places de taxi, négocient avec les passants et les emmènent avec eux Ils sont beaucoup plus chers que nous.
Le chef du bureau, Robert Kilp, est surpris: «Nous savons que quelque chose comme cela se produit de temps en temps, mais ce n'est pas le cas.» Il veut se construire avec l'appel de taxi et procéder contre les chauffeurs illégaux.
«Nous ne pouvons conseiller à quiconque de ne pas accepter de telles offres. Dans un accident, il n'y a pas de couverture d'assurance», explique Kilp.
Ogul veut recueillir d'autres preuves jusqu'au mercredi des Cendres et poursuivre tous les pilotes.